> Un Franc-Maçon sur le Net
Le Blog d’un Franc-Maçon. Vous y trouverez des considérations profanes et maçonniques. Lectures, société, éducation, humour, nouvelles, Franc-Maçonnerie, coups de coeur, coups de gueule...
 » Accueil  » Catégories  » Liens  » Historique  » Sites  » Ecrire
 » Chercher    

 [ Nouvelles ]

Duel

Posté le 03/02/2007 19:43:27

- Silence dans la salle !

Le juge frappait vigoureusement avec son marteau pour rétablir l'ordre dans le tribunal.

Cette affaire était une des plus difficile de sa carrière. La presse et le public se passionnaient pour cette histoire abracadabrante, et il n'était pas question pour lui de faire la moindre erreur. L'histoire commence en 1980 à PERPIGNAN ou l'on arrêta Bruno X pour le meurtre de sa femme. Tous les éléments étaient bien en sa défaveur. L'on avait retrouvé le corps affreusement mutilé et l'arme du crime. Les observateurs étaient tous persuadés de sa culpabilité et personne n'aurai imaginé ce qui allait se passer par la suite dans ce procès qui allait bouleverser la France et même le monde entier.

(Docteur ! Le processus est en cours )

 - je ne suis pas Bruno X.

Cette phrase claqua comme une gifle sur toute l'assistance.

- Et par conséquent je ne suis pas le meurtrier de sa femme.

- mais tout le monde ici vous reconnaît bien comme étant Bruno X, les papiers que l'on a trouvés sur vous le prouvent aussi, ainsi que vos empreintes digitales.

- cela est difficile à croire, j'en conviens, mais en fait je suis Alain Y, né le 13 mars 1955 à Lyon.

L'accusé avait tout fait, malgré les mises en gardes de son avocat, qui aurait préféré plaider coupable, pour prouver qu'il n'était pas Bruno X. Il avait fait venir de soi-disant amis et famille de Lyon. Et tous ne le connaissaient pas. Il avait inventé une véritable vie avec des dates et des faits précis pour tenter de prouver qu'il était Alain Y. Mais à chaque fois ses tentatives se soldaient par un échec.

 (Docteur ! Ça marche !))

 Son obstination, pendant des jours, avait quand même fini par intriguer et même bouleverser le public. Il faisait maintenant pitié. Il avait même prié ses juges de le croire, à genoux, les larmes aux yeux.

Mais les faits étaient là. Au moment du verdict, quand la peine de mort avait été prononcée, son cri résonna dans le tribunal entier, et un certain malaise gagna alors l'ensemble du public.

Un comité de défense se créa pour faire pression sur la justice, pour demander la révision du procès. Mais les faits étaient là et il n'y avait aucun élément susceptible de relancer le procès.

Un matin, dans la prison où il était, l'on vint le chercher, on le traîna de force jusqu'à l'échafaud. Il criait toujours son innocence.

- je suis Alain Y, je le jure.

CHLAC ! la lame tomba.

- Haaaaaa ! Un immense et lugubre cri résonna dans les murs de l'hôpital psychiatrique.

 Docteur ! ça à marché !

 Alain Y, était couché dans son lit, en sueur, encore agité, mais guérit. Désormais sain d'esprit. Le docteur entra et s'assit sur le lit.

- Alain, dit il, je vais vous raconter une histoire. Ecoutez-moi bien. Vous avez été atteint de ce que l'on appelle un dédoublement de la personnalité, et nous avons essayé sur vous un nouveau traitement. Nous avons réussi à implanter dans votre esprit cette histoire que vous venez de vivre sous forme d'un rêve ou plutôt d'un cauchemar, pour vous dissuader de votre seconde identité. Et je suis heureux de vous dire que c'est un succès total.

François


Duel

Commenter

Code de sécurité 
Commenter ce message 
Votre site web 
Votre nom ou pseudo 
Votre email (non publié) 
Vous êtes responsables de vos propos, votre adresse IP sera enregistrée [50.19.4.137].